Sélectionner une page

Parfois nos oreilles ne fonctionnent pas comme il faut. C’est le cas avec l’hyperacousie, pathologie qui se caractérise par une ouïe très fragile. Les personnes qui souffrent de ces symptômes ont beaucoup de mal à supporter les environnements bruyants et certains sons particuliers (sonnerie de téléphone, aspirateur, rires, eau qui coule). Ces sons, banals pour les porteurs d’une audition normale sont douloureux et pénibles pour la personne hyperacousique (même à des niveaux de volume très bas – dès 60 décibels).

Hyperacousie : ce que l’on sait aujourd’hui

2% de la population présenterait des symptômes d’hyperacousie et non soignés ces derniers aggraveraient la maladie. Les enfants, les personnes ayant des acouphènes et les musiciens ont plus de probabilité d’être touché que le reste de la population. Les répercussions de l’hyperacousie sont sérieuses et peuvent rendre les activités quotidiennes difficiles : tel un handicap, l’hyperacousie peut avoir des conséquences sociales lourdes pour ceux qui en souffrent. La sensibilité au son et les problèmes qui en découlent étant pour l’instant mal connus, les médecins et chercheurs cherchent encore à se mettre d’accord. En savoir plus sur l’hyperacousie.

Se protéger contre l’hyperacousie

Il n’empêche : certains bruits et sons qui ne gênent pas la majorité de la population sont de véritables gênes pour les personnes souffrant d’hyperacousie. Il faut donc trouver des solutions afin de soulager les oreilles de ces personnes. Et pour l’instant, une des prescriptions recommandée est tout simplement d’éviter l’exposition aux bruits gênants et de fréquenter des environnements sonores modérés. Pas forcément évident lorsque l’on évolue d’un un monde agité et ou les sons nous assaillent de partout.

Les casques sont une réponse audiologique : dotées de protections anti-bruit adaptées, la personne hyperacousique peut subir les bruits du quotidien sans souffrir de leur gêne. Utilisé judicieusement pour ne pas s’isoler du bruit en permanence, les casques à réduction active de bruit permettent au système auditif de se reposer et de récupérer. Cette méthode doit être mise en oeuvre par un professionnel et peut s’accompagner en plus d’une prise en charge émotionnelle.

Photo : Loren Kerns