Sélectionner une page

Les casques à réduction active de bruit existent pour de bonnes raisons. Mais avant que cette technologie existe, l’isolation passive était la solution incontournable. Aujourd’hui, les casques performants empruntent aux deux technologies afin d’offrir le meilleur compromis à celui ou celle qui les porte.

Qu’est-ce que l’isolation passive ?

Très simplement, l’isolation active pour un casque repose consiste à :

  • Mettre en place une barrière la plus étanche possible entre l’oreille et le monde extérieur. Les systèmes passifs englobent souvent toute l’oreille : ce sont des casques circum-aural. Ils reposent sur le dessus du crâne et masquent entièrement les oreilles. C’est le meilleur moyen pour ne laisser passer aucun son.
  • Utiliser des matériaux qui absorbent le son extérieur. Plastiques, mousses et autres éléments constitutifs du casque sont sélectionnés et assemblés afin de transmettre le moins de son possible. Il se trouve que les meilleurs matériaux sont aussi parmi les plus lourds. On peut ainsi se retrouver avec des casques faisant plusieurs centaines de grammes.

Un casque audio à isolation passive arrive péniblement à diminuer de 10 dB les bruits extérieurs. Les casques à utilisation professionnelle permettent de réduire jusqu’à 30 dB et permettent d’évoluer dans des environnements ou le bruit atteint 105 dB.

Les casques de travail peuvent se permettre ses contraintes (lourdeur, forme importante et disgracieuse). Ce n’est pas le cas des casques audio et c’est pourquoi la technologie de réduction active de bruits est utilisée pour ces derniers.

Photo : Tomasz Dunn